Signaler

La fin du film "Il était une fois en Amérique" [Résolu/Fermé]

Posez votre question Anonyme - Dernière réponse le 4 févr. 2017 à 02:26 par callmepina
A tous les adeptes du film Il était une fois en Amérique : Comment interprétez-vous la fin du film : De Niro allongé en fumant l'opium ? Pour ma part, j'hésite toujours plus de 20 ans après avoir vu le film. En effet, l'opium est censé "faire voyager dans le temps". On peut donc se demander si à la fin, Noodles n'a pas imaginé sous l'effet de la drogue ce qui pourrait se passer ?
Afficher la suite 
Utile
+17
plus moins
Bonjour à toutes et à tous.
Il était une fois en Amérique est mon film culte comme pour beaucoup d'entre vous.
J'ai fait des études de cinéma et y ai apris à analyser des films...
Même si vous avez tous vus ce film 36000 fois, je pense que vous passez à côté de détails très importants.... En effet, la dernière scène du film quand De Niro fume de l'opium est très significative...2 détails y sont très importants:
- Le 1er est que son personnage n'est pas vieux à ce moment là ( ça correspond à peu près à son allure-vêtements/coupe de cheveux...etc...-de l'époque où on le voit sortir dans un restaurant puis violer Déborah dans une voiture...)
- Le 2ème est certainement encore plus important et à l'air d'avoir échappé à tous ceux d'entre vous....regardez bien sa main gauche quand il fume de l'opium...il porte une alliance, hors dans le film il n'est jamais question qu'il se marie ou qu'il a été marié...hehehe...

Ma théorie: peut être que je me trompe..., je pense que Sergio Leone a basé tout son film sur un leurre... Le personnage de Noodle a si trouver la force de dire non au personnage de James Woods et au milieu et s'est marié avec Déborah juste après la scène au restaurant-plage...etc... Tout ce qui suit chronologiquement dans le film ne serait que le pur produit de l'imagination du perso de De Niro qui voit une dramatisation ( ce qui aurait pu/ pourrait lui arriver de pire) s'il avait suivi Max et le milieu mafieu....J'avoue que pour imaginer autant de choses il faut bien avoir fumé une sacrée dose d'opium...
Donc, selon cette théorie, le sourire final ne serait qu'une sorte de soulagement du perso de De Niro qui reconnaît avoir pris la bonne décision en laissant tomber ses amis et le milieu pour avoir une vie bien rangée, marié avec la femme de sa vie. ( tout comme ça peut être une sorte de réconfort personnel: en imaginant le pire de ce qui aurait pu lui arriver en suivant ses amis, il se dégage de la culpabilité de les avoir laissé tomber....)


Bon, je ne sais pas si j'ai été très clair et je ne sais pas non plus si ma théorie tient vraiment la route... Donnez moi votre avis...
En tout cas, la seule chose que je sais est que ce film est un chef d'oeuvre (artistique comme psychologique...)
>kEisEn
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
AL- 9 déc. 2014 à 10:58
Tout est décrit dans son entretien avec Noël Simsolo ( Conversations avec Sergio Leone ) où il explique très clairement que DeNiro est sous opium à partir du moment où il découvre ses amis après le braquage. A partir de ce moment précis, il décide de refuser ses actes ( il a déjà perdu sa bien aimée, partie faire carrière ) et sombre donc dans la drogue en attendant sagement sa destinée ( ils viennent de doubler d'autres bandits, et l'on voit clairement qu'il est recherché ) Il imaginera donc un futur idéal et son sourire en est la preuve... il fantasme. Et c'est précisément ce que cherchait à faire Leone de son spectateur... le faire rêver ! Mais malgré tout ça, il en ressort un goût amer, celui d'une Amérique sur le déclin, avide mais désenchantée. On peu y voir aussi une oeuvre posthume sur toute sa carrière. Car Leone a toujours été clairement pessimiste, déçu par son pays et sa politique. Pas étonnant que tout ces films traitent d'une partie sombre de l'histoire. Son Léningrad aurait certainement été très sombre et majestueux.
karinedar- 14 déc. 2014 à 21:09
sergio leone a fait de merveilleux films. Celui-ci est magistral. C'est un film culte à mes yeux.
SITOM 3Messages postés jeudi 18 juin 2015Date d'inscription 18 juin 2015 Dernière intervention - 18 juin 2015 à 02:01
d'accord avec ça! c'est pour moi c'est le plus grand cinéaste ! ses films sont de véritables chef-d'oeuvres , dont on ne se lasse pas ! regarder Claudia Cardinale dans les scènes de Il était une fois dans l'Ouest, savourer la musique qui va avec, le technicolor, etc etc, c'est tout simplement immortel ! jamais personne n'a aussi bien décrit le fait d'être obsédé par le temps qui passe ! tous ses films ne sont en fait qu'une lente plainte sur le temps écoulé, sur les regrets...et surtout, surtout, tout en le sachant, faire un dernier geste d'honneur : la sortie magistrale de Cheyenne en est la preuve ultime!
SITOM 3Messages postés jeudi 18 juin 2015Date d'inscription 18 juin 2015 Dernière intervention - 18 juin 2015 à 05:01
désolé Nicolas, C à Karinedar que je répondais!
NICOLAS- 15 mai 2015 à 15:44
je pense que la fin est dans la continuité de la scene de la gare, quand tout les gamins font la promesse de ne pas toucher au magot...tous mette la main sauf noodles qui hesite et qui fini par mettre la sienne avec un rictus...a mon avis, a la fin il sourit parce qu'il est devenu le seul proprietaire de la valise pleine de fric
Utile
+11
plus moins
J’ai une information « exclusive » à donner sur la fin de « Il était une fois en Amérique ». En septembre 1994, je me suis rendu au Festival de Deauville qui a été marqué par la présence de James Woods (un hommage lui était rendu). Il faut savoir que monsieur James Woods parle couramment le français mais avec un accent. Lors d’une conférence de presse, la question suivante lui a été posée « Mourrez vous à la fin de « Il était une fois en Amérique ? » ». Il a répondu à l’assistance qu’il avait posé lui-même cette même question à Sergio Léone. La Réponse de Monsieur Léone tout souriant à été la suivante « A quoi ça servirait de faire du cinéma si c’est pour tout expliquer ?…».
Utile
+6
plus moins
Merci à tous pour vos perceptions alternatives à cette scène finale enigmatique.....
Après 1 long film, racontant maintes péripéties autour de la vie de Noodles et ses acolytes, le réalisateur Sergio Leone semble donner une alternative à l'histoire qu'il nous a racontée..... L'opium (substitut) représenterait le concept de triche et d'évasion.....Cette fuite de la réalité qui semble une alternative au combat permanent que mène Noodles tout au long du film => "Chercher la vérité en permanence !".....
Le mensonge, la trahison, la fatalité se sont emparés de sa vie et il a plus ou moins trouvé SA VERITE en allant jusqu'au bout de l'histoire : "Je ne sais pas de quoi vous parlez monsieur Bailey, vous avez votre façon de voir les choses, moi j'ai la mienne, etc..."
Ce long film est un combat.....La vie est un combat.....
Le substitut, la scène finale.....est un renoncement.....
On a beau chercher la vérité partout et à tout prix, à la fin, on sait qu'on ne sait rien.....
La fin est une alternative : 4h de film où l'on se bat.....où bien un seul plan où l'on se laisse faire.....
Si Sergio Leone (via De Niro/Noodles) s'était laissé faire.....Il ne serait rien passé en Amérique (1 fois !).....
MICHAEL JACKSON, Edgar Allan Poe.....Vous me manquez.....Mais je ne cesserai de me battre !!;))

~ David Lefserge ~
Sylvie- 27 août 2012 à 11:02
tu manques aussi ...
Utile
+5
plus moins
La prise d'opuim est secondaire,(ou est un vecteur) qui fait que le film se termine sur un gros plan du visage de R. de Niro tout souriant(il ne sourit jamais dans le film,a cause de sa relation au autres et du monde maffieu ou il évolue et qui est au fond contre sa nature la plus profonde.Ce plan du fim me fait penser a la naissance d'un nouveau né représentant la pureté d'un etre humain,mais aussi la mort et la page qui se referme sur la vie de R de Niro,et le seul lien entre ces deux étapes c'est qu'on est seul a sa propre naissance ,ainsi qu'a son dernier souffle de vie. Mario Cadinu Mars 2010.
rahan- 16 juin 2013 à 00:38
Reregarde le film ça lui arrive de sourire.
Utile
+3
plus moins
salut marylin, pour ma part, ce film culte vu et revu tant de fois (toujours avec autant de plaisir), retrace avec brillo tous les aspects de la nature humaine. Je ne pense pas que Noodles ait imaginé quoi que ce soit, l'opium l'aide à "partir" et l'emmène dans une torpeur qui lui évite d'avoir mal....Le constat de sa vie doit être douloureux... Allez Bisous....PS : quand tu veux tu m'envoies un mail.....
steven- 26 nov. 2012 à 18:20
d accord avec votre version..............
Utile
+3
plus moins
Le sourire de Noodles exprime l'amusement et la satisfaction, amplifiés par a consommation d'opium, d'avoir sauvé ses amis malgré eux. C'est comme un bon tour qu'il leur a joué, c'est un retour aux sources de l'enfance sur lequel tout le film est construit et qui ferme la boucle.
rahan- 16 juin 2013 à 00:50
A ce moment la du film il pense que ses amis sont morts par sa faute!
davidd- 14 juil. 2016 à 08:26
Pas sûr que ce shoot se passe après la mort de ses amis
Répondre
callmepina- 4 févr. 2017 à 02:26
si ça l'est car, quand il entre dans le bar a opium, il a le journal dans la poche de sa veste sur lequel est écrit que 3 bandits (ses amis) sont morts au cours d'une fusillade. la dernière scène de shoot se passe donc forcément juste après qu'il les ai vu carbonnisé
Répondre
Utile
+1
plus moins
l'opium n'est pas l'essentiel du film l'essentiel c'est de s'apercevoir que son meilleur ami lui a pris toute sa vie jusqu'a sa femme.... La dernière scene quand noddle vouvoye le sénateur ce dernier finit par se suicider car il a perdu non pas toute sa vie mais son ami qui était sa vie me comprenez vous ?
steven- 26 nov. 2012 à 18:23
je ne pense pas ..comme d habitude max ne pense qu a lui et il na pas le courage de se suicider ( au depart) ensuite avec le mepris de noodles il n a plus le choix.........
Utile
+1
plus moins
Ce qui est en haut est en bas. La fin est le commencement. Mais quoi de plus énigmatique que le sourire carnassier de De Niro. Léone a raison, on peut vivre sans manger plusieurs semaines; sans boire plusieurs jours; sans respirer plusieurs minutes... mais sans réponses, une éternité... on survivra!! Mais la question est diablement pertinente et le sourire est gravé dans ma mémoire
Utile
+1
plus moins
Je ne suis pas qualifié pour déterminer si le film est un chef d'oeuvre. Tout ce que je sais, c'est que je pourrais le revoir à l'infini sans me lasser. Il y en a peu qui correspondent à cette catégorie.
La dernière scène de ce long-métrage pourrait bien se situer juste après le départ de Deborah pour Hollywood. Noodles est passé à côté de sa vie, déjà, en perdant la femme qu'il aime. Il se réfugie dans cette fumerie d'opium, et réinvente son existence, c'est le sourire affiché sur son visage.
Une autre idée serait que la scène initiale du film se déroule un peu plus tard encore : juste après la mort de ses camarades. Le but serait le même, oublier sa vie démolie par la perte de sa bien-aimée et de ses acolytes. Ceci renforcé par la sonnerie de téléphone lancinante (muhlholland drive s'en inspire), le moment où Noodles est recherché par ses nouveaux ennemis suite à la dernière livraison d'alcool qui a mal tourné.
A un autre moment, lorsque Noodles fait des remarques à Max sur l'acquisition de son trône, on lui reproche d'avoir été absent pendant trop longtemps, et de n'avoir pas été présent pour participer aux actions de ses camarades. Il est précisé que Noodles avit été retrouvé dans cette fameuse fumerie d'opium, en prononçant indéfiniment le prénom de déborah. Cela correspond à la dernière scène.
On peut toujours imaginer que les événements sont le fruit de l'imagination de Noodles, mais j'aime à penser le contraire. Noodles était un habitué de cette fumerie, il semble d'ailleurs bien connu par le personnel, l'appelant par son prénom, et au courant des gens qui le recherchent.
Le montage de ce film participe heureusement à ce que les avis divergent à ce sujet...
Tatouille20- 10 avril 2016 à 04:35
Pour moi, tu as raison sur le fait que la scène du début est la même que celle de la fin. Je pense qu'après la mort de ses amis, il s'est rendu dans ce théâtre chinois afin d'essayer d'oublier ce qui vient de se passer, il prend donc de l'opium, ce qui le rend "un peu dans les choux", et c'est pourquoi il sourit. Mais bien sûr ce n'est que mon interprétation !
Flo- 10 mars 2013 à 20:41
Bonjour, plusieurs choses sont certaines. Tout d'abord la bague n'est pas une alliance et il l'a toute la partie du film après sa sortie de prison. Ensuite, la scène de la fin se situe bien après la mort de ses amis. La cravate rouge est la même. Plus le journal.
Pour ma part, j'ai toujours pensé qu'il souriait parce qu'il avait compris que Max n'était pas mort et l'avait bien eu. Il rit de s'être fait avoir comme pour la montre au début. Il s'est fait pigeonné.
D'ailleurs, la scène où il voit les corps de ses amis le montre un peu. Il ne pleure pas, contrairement à ce que Max vieux. De plus en voyant le corps calciné, il a une mou qui semble dire qu'il a compris.
Pouik- 11 avril 2013 à 18:02
Pas mal Flo. J ai lu tous les commentaires pour en arriver au tien. C est celui avec lequel je suis le plus en accord.
Gibson- 18 avril 2013 à 10:50
Je n'avais aucune idée satisfaisante de la raison pour laquelle Noodles sourit à la fin du film, mais je trouve que l'explication de Flo est la plus logique.
Ainsi, lorsque le vieux Noodles revient à New York et qu'il dit à Fat Moe qu'il se demande depuis 35 ans qui a bien pu récupérer l'argent, au fond de lui-même il imagine -- et espère -- que c'est Max qui l'a roulé.
A mon avis tout le film est bien réel car Noodles était obligé de fuir et sa relation avec Déborah était au point mort. Il s'est réveillé en sursaut avec cette sonnerie de téléphone dans la tête puis est parti chercher la clé de la planque à billets, avant de s'en aller pour Buffalo.
De plus Max devait se douter que son vieux complice l'avait trahi : il l'a trouvé anormalement stressé ce soir-là et a remis le téléphone en place.

Cela dit le montage parvient à semer le doute, si bien qu'on ne peut être sûr de ce qui se passe réellement à partir du moment où Noodles prend de l'opium. Et c'est aussi ce qui fait l'intérêt de ce film.
davidd- 14 juil. 2016 à 08:35
Non, Max a fais en sorte que Noodles appelle la police poussé par la femme de Max. C'était tout un plan calculé, il le dit à la fin, même la police était dans le coup avec lui
Répondre
Utile
+1
plus moins
Selon moi, cette scène finale est véritablement la scène de l'évasion... Evasion que représente le 7e art pour Sergio Leone, mais aussi évasion du carcan que traîne Noodles tout au long de sa vie...Vie perpétuellement faite de désillusions, tant en amitié qu'en amour...
Cette scène serait un message privé, particulier, du réalisateur au spectateur et il dirait ceci :
"Noodles, comme beaucoup d'entre nous dans la vie, se fait-il trahir par les autres uniquement ou bien se trahit-il aussi lui-même en fuyant dans la drogue (triche) ??..."
A vous spectateurs de décider de votre vie et du sens que vous comptez lui donner...
Voilà donc une nouvelle interprétation à cette fameuse scène finale.....

Une petite dernière avant de repartir lol...
Tout récemment lors du dernier Festival de Cannes 2012, Bob De Niro est venu rendre hommage à ce film et à son réalisateur en assistant à la projection d'une version encore plus longue de celui-ci (> 4h00)... Quelqu'un aurait-il des infos sur une sortie future de cette version dans le commerce ?
En tous cas, Il était une fois en Amérique est une Grande HIStoire qui n'est pas près de mourir dans l'oubli.....De nombreux films ont des fins équivoques et là, on n'échappe pas aux règles de l'art.....
Cette dernière interprétation serait donc l'idée d'une fin équivoque pour faire parler, parler et parler encore du film, même 30 ans après..... :)))
thierry- 5 nov. 2012 à 00:56
la fin du film correspond aux scènes du début. Il plane avec l'opium,pendant que son amie est tuée...? il n'a pas l'age des scènes ou il revient. je pense.
Flootz- 5 nov. 2012 à 03:17
Bonjour à tous,
Je pense moi qu'il (De Niro) invente tout ce qu'il vie dans sa peau de vieux (pendant son sourire) pour soulager sa conscience et se poser en victime véritable de son ami, soulageant donc sa conscience de l'avoir fait tuer. Ce qui fait le lien, l'intrigue du film, son retour "vieux" et son enquête, c'est trop tiré par les cheveux, et il ne raconte rien de son exil car il ne l'a pas vécu...
rémi 02230- 5 nov. 2012 à 14:27
Plus je vois ce film et plus je me pose de questions...mais il me touche toujours autant !
je pense cependant que mes interprétations évoluent aussi avec mon âge !
A 48 ans on n'a pas la même expérience de la vie qu'à 18, et les lectures plus ou moins guidées par notre vécu rendent certaines scènes plus denses et plus cruelles...Le temps passe,les amours,les amitiés aussi ;les illusions, les regrets, les remords se sont multipliés...Parfois on a réussi ses choix, parfois non... on imagine tous parfois ce qu'aurait été notre parcours "SI"...
C'est ainsi que j'interprète le regard et le sourire de Noodles dans cette fumerie d'"hopium".
C'est une scène philosophique à mon humble avis et qui nous pose certaines questions ?
Quelles sont les effets réels "des autres "sur nous-mêmes",quelle est la part du conditionnement ? du déterminisme ? du libre arbitre ?...Nous sommes tous couchés à un moment ou à un autre sur cette banquette...nous sommes tous "noodlesien";...Raison ou passion , that is the question...en tous cas EMOTIONS !
Utile
+1
plus moins
Bonsoir à tous,
Vraiment très beau film.
Pour le sourire de fin cela reste un mystère.
J'ai plusieurs hypothèses:
-Le personnage de De Niro est issu de la rue, c'est de la mauvaise graine, c'est une personne puissante, forgée par toutes les galères rencontrées dans la rue.
Comme tout le monde il a des tracas de la vie quotidienne, mais après cette prise d'opium, la vérité du personnage jaillit, il est insensible aux coups de la vie, car la vie lui en a donné tellement.
Donc il sourit parce que la vie c'est ça et de toute façon faire sa vie avec la fille n'était pas possible car il appartient à la rue, il le sait très bien, même la fille en a conscience très tôt lorsqu'il sont tous les deux et que son pote l'appelle, elle sait quel choix il va faire entre rester avec elle ou bien rejoindre son pote.
C'est une des hypothèses.
Utile
+1
plus moins
Il y a une anecdote concernant ce dernier sourire de Noodles. Lorsque Martin Scorsese a vu "Il Etait Une Fois En Amérique"pour la première fois, il a demandé à son père que signifiait ce sourire à la fin. Son père ayant vécu cette époque, lui a répondu qu'il (Martin Scorsese) ne pouvait pas comprendre la signification de ce sourire. Martin Scorsese interprète donc cette fin comme une sorte d'hommage de la part de Sergio Leone à ceux qui ont vécu cette époque, à travers ce sourire.
SITOM 3Messages postés jeudi 18 juin 2015Date d'inscription 18 juin 2015 Dernière intervention - 18 juin 2015 à 03:59
votre idée tient bien la route! en effet, tous les films de Leone sont, entre autres, des hommages aux anciens, à des époques totalement révolues : le vieil Ouest qui se meurt, avec ses desperados qui partent dans un dernier coup d'éclat, les années 30 et la mafia italo-américaine, période oh combien cinématographique, les années 60( cf la version de Yesterday, quand Noodles , vieux, revient...)
ah! si on pouvait avoir encore, de nos jours, un tel génie du cinéma...
Utile
+1
plus moins
bonjour a tous!moi je pense qu'ont le voi sourire et heureux pour que l'on puisse imaginer un autre avenir pour lui.un avenir heureu avec deborah et ces amis.qui ne la pas imaginer comme sa?
Utile
+1
plus moins
Bonjour,

Film culte par excellence. J'ai beau lire les différents avis, je pense que c'est probablement bien plus simple :
Noodles se rend à la fumerie d'opium par désespoir après avoir vu que par sa faute ses trois amis sont morts (scène sous la pluie).
Le sourire est le passage de l'état dépressif à l'état euphorique... Ce sourire sert à Léone pour boucler sur la suite, l'arrivé des tueur dans le théâtre et sa fuite...
Toute son histoire, selon moi, est bien réelle, il a été trahi par son meilleur ami, il a passé 35 ans à se poser des questions, notamment les doutes suite à la vue du corps calciné et de l'argent disparu.
Son retour est un prétexte à nous présenter le déroulement de sa vie de 10 à 30 ans.

J'aime l'idée qu'il a dû avoir une vie normale, loin de toute criminalité, de son passé de gangster, une épouse, des enfants et petits enfants... Une seconde chance.
Mais, 35 années à vivre avec le poids de la culpabilité, les remords et les regrets.

Excellent film, le meilleur de la trilogie, accompagnée d'une bande son merveilleuse.
Utile
+1
plus moins
Pour comprendre cette scène finale il faut bien comprendre la chronologie du film et l'état d'esprit de Noodles à ce moment précis :

- Chronologiquement cette scène est le dernier flashback du film (on revient en 1933, le temps réel étant 1968 / Noodles vieux), elle se déroule exactement au même moment que les premières scènes du film (assassinat d'Eve, passage à tabac de Moe), le film revient donc à son point de départ, cette scène finale précède la première scène du film (6:50 mn) où l'on voit Noodles allongé dans la fumerie d'opium.

- Concernant l'état d'esprit de Noodles dans cette scène finale : il vient de perdre ses trois amis qu'il a balancé aux flics, à ce moment précis il est donc submergé par la tristesse et la culpabilité, il a tout perdu, sa vie et ses amis.

Conclusion : ce sourire énigmatique est simplement celui d'un fumeur d'opium qui se rappelle le bon vieux temps (Noodles s'est aussi rendu à la fumerie après le départ/viol de Déborah probablement pour revivre les tendres moments qu'il avait vécu avec elle dans sa jeunesse), de manière analogue, ce sourire est aussi celui du spectateur qui a vécu exactement la même chose, non pas à travers un écran de fumée, mais à travers un écran de cinéma.

ps: tout ce qui se passe chronologiquement après la première scène de la fumerie d'opium n'est pas une invention, un délire de Noodles, car à la minute 13:36, Noodles sort précipitamment de la fumerie d'opium pour fuir les tueurs qui sont à ses trousses, il n'est donc plus sous l'emprise de l'opium quand le récit de sa vie se poursuit, tout ce qui suit est bien réel, notamment la trahison de Max.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Mon interprétation : il arrive à la fin de sa vie, en "a fait le tour", a 'tout' vécu... et reste en mémoire la tendre de ses débuts, enfant...
Utile
+0
plus moins
Ce film, j ai du le regarder une trentaine de fois et je n avais jamais encore pense a cette hypothese, mais je ne pense pas que la fin du film soit issu d un delire d opium, il represente pour ma part une morale que nous pouvons vivre au cours de notre vie. Nous sommes souvent trahi par nos amis ce qui est tout a fait logique (jamais par nos ennemis) , il lui prend sa vie, sa femme etc...... La fin du film montre bien l histoire d amitie de deux personalites differentes, l un sentimental avec une certaine moralite et l autre sans scrupules a soif de pouvoir........................
steven- 26 nov. 2012 à 18:21
exact...
Utile
+0
plus moins
je suis d'accord avec Laurence.Je pense (après avoir pas mal cogité toutes ces années!!)qu'il va oublier toute sa vie ratée dans la torpeur de la drogue. Pourquoi le téléphone continue-t-il à sonner?Un rappel douloureux de la trahison en rapport avec le coup de fil permettant la tuerie de ses amis? C'est mon film culte et j'en connais certaines répliques par coeur.............
Utile
+0
plus moins
je suis d'accord avec laurence, l'oppium sert a oublier la réalité , la femme de sa vie qui est l'épouse de son meilleur ami.
Utile
+0
plus moins
Pourquoi ne pas penser à un rapprochement avec 2001 Odyssée de l'espace ou un film oublié de Marcel Carné : Juliette ou la clé des songes ?

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !