Avis - Ça commence par la fin

- - Dernière réponse :  Sébastien BECKER - 4 nov. 2010 à 22:58
Cette discussion concerne un article du site. Pour la consulter dans son contexte d'origine, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.linternaute.fr/cinema/tous-les-films/2034361-ca-commence-par-la-fin/

Afficher la suite 
Je n'ai pas vraiment aimé ce film, bien qu'il soit assez réaliste. Un peu rebutant les "slurps" et autres bruits baveux (on leur souhaite de s'être laver les dents avant et de ne pas avoir mangé de kebab !). On voit bien le désarroi de deux personnes qui ne savent pas comment se sortir de leur jus, ils semblent incomplets, ne faisant qu'un constat. Je serais un prof de français en train de noter une copie de rédaction, je dirais : bonne observation, mais où est la conclusion, où est l'ouverture finale, vous tournez autour du pot. Cette impression que le réalisateur propose une vison fataliste, comme pour se dédouaner d'un marasme amoureux dans lequel il est sans doute encore (et qui a fait de lui un réalisateur) et qu'il ne cherche pas à développer. Comme un enfant craintif qui reste dans son cocon et ses certitudes et qui en fait une "oeuvre d'art" pour qu'on légitime son mal être et qu'on lui donne une consistance, voire une profondeur. Ce qui en dit long, mais ne révèle qu'une flemme à exprimer ce qu'il a en lui, se servant de l'environnement et de la nature pour le faire a sa place, et laissant l'interlocuteur à son imagination et à ses choix. Les personnes ayant été amoureuses reconnaîtront ces moments où on ne veut ni rester ni partir, ni le vivre ni souffrir. Plutôt pas mal les acteurs, même si on a envie de secouer le mec pour qu'il stoppe sa léhargie, même si les dialogues sont parfois réduits à des banalités et des niaiseries, ne sachant comment exprimer la passion, ce qui renforce ce sentiment de culpabilité de ne pas vivre à fond l'énergie qui nous anime : doit-on le crier le montrer ? Le garder ? C'est pas mal vu, y a du vécu c'est sûr. Merci donc de l'analyse. Elle m'a fait un peu le même effet que, lorsqu'adolescent et ravagé par mon 1er amour, j'ai trouvé réconfort chez des auteurs qui décrivaient la situation de sorte que je me savais pas seul ou fou.  Ce qui ne m'a pas plu : Très peu de monde dans la salle, pas de bruit de chips ou de rire débile de circonstance quand tout le monde rit sauf vous. Une espèce d'humanité dans l'atmosphère qui fait que vous ressortez du ciné, plutôt détendu, sans stress, avec une analyse gratos (10€ quand même) d'un sujet piquant, qui permettra de broder sa science et faire voir quel talent on a à parler de l'amour et de la vie à son accompagnatrice sur le chemin du retour.
Les contacts, la profondeur, la torture psychologique...Pas de voyeurisme, mais la beauté des corps passionnés...J'en suis sortie presque ivre, la tête et le coeur rétournés.Pas de superflu, des images brutes mais magnifique de sincérité. Ce qui ne m'a pas plu : Rien.
-
Il s'agit non pas d'une histoire d'amour, mais bien d'une passion tellement proche du réel qu'elle en devient presque irréelle. Franchement si on s'ennuie c'est qu'on ne s'intéresse pas aux rapports entre les gens et notamment aux rapports amoureux. D'autant plus que la narration est faite avec beaucoup d'aller-retour présent-passé ce qui retient d'autant plus l'attention. Un film dérangeant qui nous amène à nous demander, c'est quoi l'amour ? Ce qui ne m'a pas plu : Personnellement, je prends tout, mais voir ce couple à la ville comme à la scène s'entredéchirer peut choquer et attention, il y a des scènes très crues à ne pas partager avec les plus jeunes.