Avis - Les Quatre Cents Coups

- - Dernière réponse :  Anonyme - 16 août 2016 à 04:07
Cette discussion concerne un article du site. Pour la consulter dans son contexte d'origine, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.linternaute.fr/cinema/tous-les-films/2203888-les-quatre-cents-coups/

En 1959 j'avais 17 ans. Nous étions au collège de la rue Henri Chevreau dans le 20è. Un jour, en regagnant à pied nos ateliers de la rue Sambre et Meuse, nous passions près d'un terrain vague où ce jour là se tournait une scène de film. J'étais loin d'imagniner qu'il s'agirait d'un des plus célèbre film français...
-
Jean-Pierre Léaud, déjà génial.
-
-
-
-
Je ne m'en rappelle plus tellement car cela fait longtemps que je l'ai vu. je pense qu'il est a voir au moins une fois, j'avais bien rigolé.
-
L'histoire. Ce qui ne m'a pas plu : La sévérité de cette époqueL
-
L'émotion, la tendresse et l'attachement pour ce pauvre Antoine qui se débrouille comme il peut. Truffaut sait nous capter par ses sentiments. Celui qui n'a pas fait les 400 coups ne connait pas la vie, j'ai d'ailleurs appeller mon fils Antoine, il a été un peu Doinel.
-
suis très fan des film de François Truffaut..
-
De François TRUFFAULT
-
L'enfance et la perte de l'innocence...l'émotion à fleur de peau
-
Truffaut avait découvert Serge Moati hihihihihihihihihihi!!!!!!!!?????
-
Tout François Truffaut ! Une sensibilité si proche de la mienne....
et les autres...Truffaut, godard, la nouvelle vague, rive gauche : "c'était mieux avant"
-
De François Truffaut.
Truffaut
-
Le film raconte l'histoire d'Antoine, enfant solitaire et révolté, négligé par sa mère, qui fugue et se marginalise progressivement. Son école buissonnière, essentiellement consacrée au cinéma, l'amène aussi à commettre de petits larcins, ce qui le ménera à la maison de correction. On retrouve dans ce film (le premier d'une série de 5 longs métrages consacrés à "la sage d'Antoine Doinel") beaucoup d'éléments de l'enfance de Truffaut lui-même. La musique de Michel Constantin, inspirée et nostalgique, les procédés de mise en scène (travellings, fermetures "à l'iris") contribuent à faire de cette première vraie oeuvre un hymne à l'enfance malheureuse. L'interprétation de Jean-Pierre Léaud y est criante de vérité et de justesse.
-
Le casting est stupéfiant de justesse, on croirait les rôles écrits sur mesure. François Truffaut nous fait découvrir ce petit bonhomme insolent, interprété par Jean-Pierre Léaud, mais tellement émouvant. Un film autobiographique.