Avis - Magnolia

Signaler
-
 Anonyme -
Cette discussion concerne un article du site. Pour la consulter dans son contexte d'origine, cliquez sur le lien ci-dessous.

https://www.linternaute.fr/cinema/tous-les-films/2195204-magnolia/


Magnolia, fleurs à neuf pétales comme les neuf personnages de cette histoire. A la sortie officielle en salle en 1999, je me souviens avoir quitté la salle après le premier numéro de Tom Cruise en slip kangourou blanc. J'étais convaincue d'une imposture. Encore une complaisance de cinéaste envers la mauvaise graine sans la moindre tentative de rachat... Le dvd donne envie de résister à la fuite. On s'y attelle donc en deux temps (3 heures au total !). L'avantage est le soulagement d'avoir réchappé aux clichés chers aux réalisateurs étasuniens en vogue, ceux qui garantissent le pactole avec les seules bassesses humaines comme terreau. Même les personnages les plus insupportables montrent leur limite de manière productive (rôles ingrats de Tom Cruise ou Juliane Moore, l'animateur télé, ou le jeune prodige des jeux descendu en flèche par sa vessie). Tous capitulent, des innocents paient le prix fort (le chien)... Des minutes mettent les nerfs à vif (le plaidoyer de la journaliste !), le summum étant atteint au chevet du patriarche qui confie avoir aussi aimé tricher... L'ironie perce enfin derrière l'étalage. Emergent de petits bonheurs comme une tasse de café prestement versée dans un évier, sans omettre l'infirmier qui commande des revues porno, juste ciel !... L'épouse douchée par une révélation dont elle se serait passée semble le coup de grâce en même temps qu'une sacrée renaissance ! Epouvantable constat du rêve américain écrabouillé, à l'instar des liquidations énumérées d'entrée de jeu. Le "selon que l'on est puissant ou misérable" reçoit ici une bonne claque. Attention, c'est longuet mais soigneusement mené. Un régal à l'image. Le laborieux va et vient des personnages comme leur démesure finissent par être payants. C'est une sorte de silex informe à regarder froidement se polir au fur et à mesure. Ou bien une méga raclée suivie de récompense. Un film plus profond qu'escompté.
Afficher les 162 commentaires